Ahh l’été … ou la saison des festivals à gogo.
Cette année, ça a été le gros craquage. J’ai enfin eue l’opportunité d’aller au METALDAYS qui se déroule à Tolmin en Slovénie du 23 au 29 juillet 2017.
Vous savez, c’est ce fameux festival qui se passe dans un cadre idyllique et qui promet une semaine de pure folie.

Nous sommes donc le 18 juillet quand mes joyeux compagnons et moi-même prenons la route.

1ère étape Angers-Strasbourg. La route est longue. 27h en prévision mais notre itinéraire nous aura permis de nous arrêter dans divers endroits plus beaux les uns que les autres. Nous avons donc passé la nuit à Strasbourg et on en a profité pour visiter la cathédrale et boire une bière. Quelques heures de repos puis nous reprenons la route vers l’Autriche.

Pendant notre traversée de l’Allemagne , nous avons eu le droit à une fouille de la voiture par la police allemande et une partie de Tetris avec les valises pour tout remettre en place. En fin de journée, nous voici enfin arrivés en Autriche. Ses paysages incroyables perdus en pleine montagne, ses rivières et l’air du pays valent largement le coup de s’arrêter pour boire quelques bières et y passer la nuit.

Après une nuit agitée, nous reprenons la route. Dans quelques heures nous serons enfin arrivés à Tolmin. Après avoir traversé L’Autriche, le GPS nous fait rouler un petit quart d’heure en Italie avant d’apercevoir le panneau «Slovenia» qui nous fera hurler de joie et qui aura fait grandir notre impatience. La route est rude avec ses virages en épingle en pleine montagne, autant vous dire qu’avec une voiture chargé comme pas permis c’est légèrement dangereux. Mais après quelques sueurs froides, nous passons sur un pont avec le panneau «Soča». Inutile de préciser qu’on a tous été ébahis en voyant cette rivière cristalline dans laquelle on pourra se baigner tout au long du festival.

Nous voilà en plein centre de Tolmin. Les Metaldays commencent dimanche et nous sommes jeudi. On a donc le temps de faire du tourisme et de profiter tranquillement.

Nous nous dirigeons vers un bar/restaurant “le Pri Noni” qui se situe juste à côté du festival. Je commande une pinte de bière bien méritée et je tombe presque de ma chaise lors de l’encaissement. 2€20 la pinte ! Comment vous dire que cela aura signé le début de l’alcoolisme before festival.

Du jeudi jusqu’au dimanche, nous avons eu l’occasion de visiter les gorges de la Montagne, aller dans une ville à deux heures de Tolmin qui se prénomme Bled, se baigner… bref, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer !

Nous sommes dimanche et enfin les Metaldays commencent. La chose qui m’a surpris en premier c’est le nombre de français. C’est presque frustrant au début mais à force on s’y fait. Je regarde la configuration du site qui n’est plutôt pas mal mis à part le fait de devoir traverser le festival pour se rendre sur la plage officielle qui se situe pile au croisement des deux rivières qui traversent Tolmin : La Tolminka et la Soča. Par contre, ne faites pas le malin en sautant comme un demeuré dans l’eau car elle est glacée et le risque d’hydrocution est élevé. Mais le cadre idyllique promis par le festival est bien là. Un sable blanc, une eau turquoise et le tout entouré par les montagnes slovènes.

Niveau point d’eau et petits coins, c’est parfait. Le nombre est largement suffisant et je n’ai jamais eue de grosse attente que ce soit pour les toilettes, l’entrée du festival, les stands de restauration, le bar ou encore le distributeur automatique.

Pour aujourd’hui, on a le droit à de petits concerts sur la Newforce Stage. L’ambiance est présente et l’alcool coule à flot. Vu que cette scène se situe en plein camping, les bouteilles sont autorisées et tout le monde se fait plaisir malgré la qualité du son moyenne … pogos, crises de fous rires sont à l’honneur.

Cette première journée aura signé le début de la semaine la plus folle de ma vie.

En ce qui concerne les concerts, il y a eu plusieurs annulations notamment Kadavar, Xandria et Architects.

Malheureusement ce sont des choses qui arrivent mais cela n’a pas empêché le bon déroulement du festival. Quoi que…

Le second jour du festival, le lundi 24 juillet, je me réveille par le bruit de la pluie et par le son du vent qui souffle très fort. Je regarde l’heure : 9h00 !  Je dois me rendre à l’espace presse afin de regarder les listes d’interviews. J’enfile mon sweat et mon perfecto, je sors de ma tente et là, comment vous dire que cette matinée risque d’être un carnage. Ce n’était pas une petite pluie mais une tempête bien violente. En traversant le campement, je croise mes voisins qui retiennent leur tonnelle pour qu’elle ne s’envole pas, je manque de me faire écraser par la Newforce Stage qui à rendu l’âme, je vois des bouées volantes et je ne trouve pas l’espace presse. Tant pis je retourne au campement avant de chopper une crève. Après avoir passé la matinée dans la tente, la tempête s’est calmée, et le staff remet en place la Newforce Stage et les concerts peuvent commencer.

Moments marquants de la journée, les concerts de Iced Earth et Marilyn Manson sur la Lemmy Kilmister Stage.

Iced Earth un pur show. Des musiciens au taquet, un chanteur très présent qui nous transportera tout le long du set .Et là raisonnent les premières notes de «Watching over Me» qui nous fera chanter à tue tête tous ensemble et qui nous aura mis des étoiles dans nos petits yeux.

Puis viens le concert de Marilyn Manson. Chose qui me surprend lors de l’attente de l’Antichrist Superstar c’est les festivaliers des premiers rangs qui chantent «Kammthar» d’Ultra Vomit. On se croirait au Hellfest ! Puis le show commence avec M.Manson sur son trône et la foule est en délire.

Le reste de la semaine s’est relativement bien passée… tous les matins, on avait le journal du festival avec le running order du jour à récupérer au niveau de l’espace restauration camping. En parlant de la restauration, j’ai trouvée qu’il y avait suffisamment de stand pour tous les goûts ! Vegan, Pizzas, Burgers… Les grands classiques mais ça reste efficace !

De plus, non loin de cet espace, on pouvait retrouver les douches individuelles chaudes ou pour être juste je dirais douches froides et individuelles pas tout à fait, les rideaux de douche se trouvaient être transparent donc si vous êtes pudiques prenez votre maillot de bain…

Et en plus juste à côté des douches, il y avait un stand où pour 6 euros vous pouviez laver et sécher votre linge ! Autant vous dire que les Metaldays chouchoutent leurs fidèles festivaliers !

Au niveau du running order, les petits concerts démarraient en général vers 14/15 heures et les gros concerts vers 19h, ce qui vous laissait largement le temps d’aller sur la plage le matin, faire du yoga ou de la peinture l’après-midi. Il y avait aussi d’autres activités comme le Twist ou encore volley ball en string et le soir après les concerts il y avait des strip-tease ou des cours pour apprendre le bondage. Je vous assure que tout au long de la semaine vous aurez l’occasion de tout faire et de profiter à fond !

Pour en revenir aux concerts, il y en a pour tous les goûts ! Black, Death, Thrash, Hardcore…

Je serais incapable de vous dire le nombre exact de concerts auxquels nous avons pu participer mais je peux vous parler de mes coups de coeurs.

Je vais commencer par la plus grosse claque que j’ai prise cette semaine : Batushka qui ont joué intégralement leur album “Litourgiya”. Ce set ressemblait plus à une messe noire qu’a un concert mais c’est tout le charme de ce groupe de Black Metal orthodoxe qui nous aura littéralement coupé le soufflé pendant une heure et heureusement qu’ils ont été décalés sur le running order car, à la base, il devaient jouer à 16h15 et finalement il ont joués après minuit ce qui aura rendu le spectacle encore plus oppressant que si il étaient passés à 16h15 en pleine canicule…

Autre coup de Coeur: Amon Amarth alors que leur concert au Hellfest 2016 m’avait totalement déplu, je me suis dit que si ça se trouve, cette fois ce serait mieux et effectivement je ne regrette pas d’être allée les voirs ! Entre combats en armure, pyrotechnie, runes géante enflammées autant vous dire que c’était un pur show qui vaut le coup d’être vu ! Au niveau de la setlist, rien de surprenant. Des classiques comme “Twilight of The Thunder God”, “Guardian of Asgaard”, “The Pursuit of Vikings”, “First Kill”, “At Dawn’s First Light”… Evidemment, les musiciens avaient la pêche et bien plus qu’au Hellfest 2016 d’ailleurs.

Ensuite il y a eu quelques découvertes comme Absu, groupe de Black Metal où le chanteur s’avère être le batteur, Shining aussi groupe de Blackjazz totalement dingue…

Mais la première raison pour laquelle les festivaliers viennent reste le cadre et la rivière. “Peu importe l’affiche, je viens ici chaque année depuis 8 ans, ce sont de vraies vacances !” a pu me dire une festivalière Française.

“Même si plus les années passent, plus ils sont casse pieds que ce soit pour l’étiquette du parking, les bracelets etc…, on continue de venir c’est comme notre maison de vacances ici” me dit un autre festivalier français.

Même ceux qui faisaient ce festival la première fois sont conquis! “Je viens d’Angleterre et je reviendrais chaque année, ce festival est la chose la plus folle que j’ai vu !”

Comme quoi les Metaldays ne cessent de grandir en notoriété et les festivaliers reviennent dès qu’ils le peuvent.

Pour en conclure, cette semaine était remplie de belle rencontres, de rires et de bon concerts. Si je retournerais aux Metaldays ? Mais bien-sûr que oui ! Sans aucune hésitation, je dis oui ! Un cadre magique, plein d’animations, des prix plus que raisonnable à part au niveau du Merchandising des groupes qui jouent sur le fest mais c’est sûrement le seul point négatif que j’ai trouvée au Metaldays et il n’y a quasiment pas d’attente comparé à d’autres festivals. On est chouchoutés par l’orga tout au long de la semaine et pour un pass à 150 euros, je vous assure que si dorénavant je dois faire un seul festival par été, je choisirais sans aucun doute celui-ci et je n’attends qu’une chose, c’est de pouvoir revenir dans ce paradis.

Share in