Détail de l'album

  • DATE DE PUBLICATION /17 mai 2019
  • LABEL /KLONOSPHERE
  • FORMAT /LP, CD et Digital

Notre avis

Les membres de Step In Fluid auraient pu se prendre les pieds dans le tapis en optant pour des choix pas toujours très adroits, comme peuvent le faire certaines formations à la recherche d’originalité…mais ici il n’en est rien. Se situant entre qualité studio et prise live, ce deuxième album entièrement instrumental, qui fait suite au premier sorti en 2011 (One Step Beyond) réussit l’exploit d’allier la technique à la mélodie, et ce groupe mené par le guitariste Harun Demiraslan (Trepalium) et le batteur Florent Marcadet (Klone) s’attaque à un exercice de style risqué. Difficile en effet de décrire une musique aussi riche et protéiforme qui navigue entre metal et rock ou entre jazz et funk.

Les néophytes devront tout d’abord se familiariser avec des titres qui alternent à la fois des changements de rythme, des phrasés qui se succèdent avec la rigueur d’un chronomètre et un son très ample qui regroupe tous les instruments dans un brouhaha musical parfaitement maîtrisé. De par sa richesse “Back In Business” ne peut être décrit en détail. Il prend toute son ampleur au fur et à mesure et ce, malgré une relative facilité d’approche. Si aucun titre ne se détache clairement comme un hit potentiel, chacun dans son individualité comporte son lot de subtilités qui se découvrent à chaque écoute et qui font de lui un véritable joyau. L’ensemble fait preuve d’une belle homogénéité (ce qui ne signifie pas que ce disque soit uniforme), toutes les chansons semblent solidaires et cet opus ne prend tout son sens que si on l’ingurgite dans son intégralité.

Ces musiciens maîtrisent à la perfection l’art de la nuance et utilisent avec parcimonie divers instruments conférant du charme et du relief à leur musique. Quelle que soit la couleur qu’ils veulent lui apporter, c’est réussi et ils ne donnent jamais l’impression d’être factices, dégageant une densité que peu de groupes sont capables de fournir dans la durée. Les différentes pistes évoluent dans plusieurs directions, donnant un aspect réfléchi et abouti à l’ensemble et les passages atmosphériques imposent un côté lancinant et parfois mystique. Le contenu mélodique très diversifié facilite l’immersion, grâce notamment aux deux guitaristes Harun Demiraslan et Aldrick Guadagnino qui ne basculent jamais dans une stérile démonstration, et le son que ces deux compères dégagent de leurs instruments est intelligemment distillé pour ne pas bousculer les harmonies porteuses de solennité et d’apesanteur.

D’une constance infaillible et doté d’une mécanique soigneusement huilée, cette deuxième production présente une forte unité en évitant les passages à vide. Nous sommes en présence ici d’un opus enivrant à écouter en tant qu’entité, qui ne possède pour ainsi dire que très peu de défauts et qui grâce à une légère touche progressive entraîne l’auditeur dans un tourbillon sensoriel des plus agréables. L’osmose est donc totale, les références multiples et pourtant Step In Fluid a déjà une identité propre. Il s’agit là d’un véritable édifice musical construit par un excellent groupe, qui à l’avenir, peut se permettre d’avoir encore beaucoup plus d’ambition vu le talent de ses interprètes. Sur une scène musicale française de plus en plus encombrée, la prise de risque est salutaire et il me parait bien difficile de ne pas succomber et de ne pas être totalement séduit par ces huit titres si proches de la perfection. Bravo !

Arno Jaffré