Détail de l'album

Notre avis

Ancien guitariste de Racer X et surtout de Mr Big, Paul Gilbert sortira son nouvel album intitulé “Behold Electric Guitar” le 17 mai prochain via le label Mascot Records. Comme sur ses albums précédents, il met logiquement son instrument au premier plan et ne s’exprime qu’à travers sa guitare. Le cahier des charges a sans doute été respecté à la lettre mais tout cela manque cruellement d’audace, de fantaisie et de caractère.

Le talent de ce musicien n’est nullement à remettre en cause mais l’absence totale d’innovation et de modernisme font défaut. C’est superbement bien exécuté, et les compositions sont toutes réussies (et suffisamment variées) mais l’ennui s’installe quand même après quelques pistes (ce n’est que mon avis bien évidemment). Il faut bien reconnaitre, qu’intelligemment, Paul Gilbert ne tombe jamais dans la facilité, ni dans la surenchère technique (malgré qu’il soit un shredder de premier ordre) mais il nous laisse cependant légèrement frustré de par l’absence de réelles surprises.

Certains musiciens bourrés de talent (et il en a à revendre) restent d’une discrétion à toute épreuve et “Behold Electric Guitar” reste un très bon album de guitares mais avec une sensibilité “easy listening”. Aujourd’hui, les prouesses du maestro n’étonnent guère plus que lui-même et le public nippon, le seul qui lui soit resté fidèle (Il faut préciser qu’il parle couramment le japonais et que Mr Big est toujours un groupe très important au Japon).

Les amoureux de Joe Satriani, Jeff Beck, Robben Ford ou Tony MacAlpine en auront pour leur argent mais les autres risquent de passer à autre chose une fois la première écoute terminée.

Arno Jaffré