Détail de l'album

Notre avis

Formé en 1992, Payable On Death, plus souvent appelé P.O.D, est l’un des groupes précurseurs du Néo Metal. Une appellation légèrement réductrice selon moi, et qui malheureusement a catalogué des formations à la base de ce courant musical (à leur dépend) sans que l’on s’y intéresse vraiment.

L’histoire retiendra que ce n’est qu’après de multiples péripéties que les quatre membres de P.O.D originaires de San Diego obtiennent une certaine reconnaissance. Une première partie de Korn changera la donne et le public se rendra enfin compte de leur potentiel. Un vrai combo underground donc qui ramera sept longues années avant de s’attirer la faveur d’une maison de disque digne de ce nom.

A leurs débuts, ils ne reçoivent pas le même accueil que Korn ou Limp Bizkit (pour ne citer qu’eux) et pourtant…En 2001, le même jour que les attentats du 11 septembre (!), le groupe sort son quatrième album studio “Satellite”. Le premier single “Alive” deviendra l’un des clips les plus diffusés de l’année sur MTV. La popularité de la vidéo, ainsi que le message positif délivré, aideront le morceau à devenir un énorme hit radio. Leur carrière est enfin lancée.

Nous sommes maintenant en 2018 et les californiens nous proposent en cette fin d’année leur dixième opus. Dire que cette galette est une réussite est un doux euphémisme. A la croisée des chemins musicaux auxquels le groupe nous a habitué, cela passe du hit radiophonique (A la sauce P.O.D) au gros rock mélodique. Sonny Sandoval au chant nous assomme de ses flows imparables et nous touche par ses mélodies enivrantes. La section rythmique est toujours aussi énervée et groovy et Marcos Muriel à la guitare est irréprochable. Les sonorités apportées à “Circles” témoignent de l’ouverture musicale du groupe et le tout est parfaitement exécuté. Un album plutôt dense au final grâce à ses nombreuses influences mêlées à un Néo Metal parfaitement maitrisé.

Arno Jaffré