Détail de l'album

  • DATE DE PUBLICATION /08 février 2018
  • LABEL /SPV
  • FORMAT /EP, CD et Digital

Notre avis

Hors des modes fugaces et fidèle à son public, John Diva ne sombre pas dans la nostalgie des années glam mais transcende le style en alliant à sa musique en ébullition et aux couleurs chatoyantes, une technicité musicale de haute volée. Superbement accompagné de ses musiciens, Il nous offre ici un premier disque qui s’intègre parfaitement à un édifice de plus en plus respectable. La production est un énorme point fort et le rendu est précis, très étendu et chaque élément trouve sans peine sa place dans un mixage clair et pointilleux.

Avec cette première mise en scène, on perçoit chez lui la volonté d’évoluer vers des atmosphères un peu plus fouillées, et une absence totale de complexité avec des refrains immédiatement mémorisables et enivrants. En douze titres, cette nouvelle entité arrive à faire cohabiter avec brio un chanteur en état de grâce et des musiciens accomplis qui n’en sont pas à leurs débuts. Le son quant à lui est juste excellent, plaçant parfaitement bien l’auditeur aux avant-postes et met à l’honneur chaque instrument à part égale. La qualité de composition met en exergue des morceaux décomplexés qui parviennent, pour la plupart en tout cas, à nous séduire.

Sans aucune faille, les américains signent un disque rempli de hits tout en se conformant à leur idée directrice de ne jamais négliger les mélodies et devraient sans problème étendre encore un peu plus leur auditoire. Tout est calibré en tout cas pour exaucer les vœux de la majorité de leurs fans et cela fonctionne très bien. “Mama Said Rock Is Dead” est une œuvre aboutie, riche, sans concessions et forte en décibels qui lance donc la carrière de John Diva & The Rockets Of Love sur la voie royale qui lui revient de droit.

Direct, accrocheur, avec des pépites à la fois puissantes et accessibles, cet opus ne souffre d’aucune discussion, ni d’aucune polémique tant la progression est flagrante, et le groupe entame son petit bonhomme de chemin sans se soucier des autres. John Diva (un personnage à lui tout seul) est en meilleure forme que jamais et nous propose indirectement de sortir du placard la air-guitar. Quel pied de se prendre pour un instant pour Richie Sambora (Bon Jovi), Eddie Van Halen (Van Halen) ou bien Mick Mars (Mötley Crüe). Fun, addictif donc hautement recommandable.

Arno Jaffré