Détail de l'album

Notre avis

“White Colossus” ne sera sans doute pas le truc le plus original que vous allez écouter mais il se dégage de cet album une ambiance mélancolique, pesante et une intensité qui va vous coller au fond de votre siège.

Le quintet originaire de Troyes évolue dans un registre Metal moderne bourré d’influences où les accalmies et les envolées mélodiques ont leurs places mais toujours avec une colère latente et un changement de direction qui peut éclater inopinément. Dans l’absolu, pas grand chose de neuf ici mais pour peu que vous ne soyez pas imperméable à ce style, se laisser entraîner au fond des abîmes se révélera être une expérience des plus agréables.

Disconnected se présente donc en terrain connu et d’une manière générale, la progression est cohérente, évite le titre par titre et le résultat est excellent et sans appel. Ces musiciens ont du métier et le tout est parfaitement exécuté, très bien écrit et forme un ensemble compact et très personnel qui n’arbore en aucun cas un aspect répétitif. Produisant respectivement pointes délicates et saturations abrasives, les guitares se complètent à merveille dans un jeu varié dont la vitesse d’interprétation va crescendo. La section rythmique est au dessus de tout soupçon et les compositions n’en sont pas moins réussies, passant de la noirceur comateuse à une explosion céleste. Parés d’atouts et sans rien inventer, ils réussissent à nous agripper et ne nous lâche qu’après les toutes dernières notes.

Un opus de qualité, un artwork soigné pour un groupe exigeant, intègre et prêt à repousser si il le faut les limites de leur propre musique. Personnellement, j’ai été touché de plein fouet par une certaine sensibilité qui constitue le véritable fil rouge de l’album et qui lui assure une excellente homogénéité et une grande maturité. A découvrir absolument.

Arno Jaffré