Détail de l'album

  • DATE DE PUBLICATION /10 mai 2019
  • LABEL /M & O Music
  • FORMAT /EP, CD et Digital

Notre avis

On avait quitté Charge en 2015 avec un très probant premier album “Sweet Lies”, dont tous les titres étaient façonnés d’une carrosserie inoxydable (avec une approche soutenue et un côté punk revendicateur) et qui faisait place aux vrombissements des cordes et aux fûts surchauffés. Superbement mis en lumière par le chant de Ravin, le quartet semblait aussi à l’aise dans ses racines que dans son époque, et mariait les deux avec bonheur. Les voici de retour en ce mois de mai 2019 avec ce nouvel opus intitulé “Ain’t The One” qui bien qu’il ne révolutionne pas leur musique, fait déjà preuve de suffisamment de personnalité pour remplir nos attentes (avec un côté beaucoup plus rock cette fois-ci).

L’évolution en théorie, cela peut être profitable, mais dans les faits, c’est souvent risqué. Y compris dans la musique. Les parisiens maitrisent leur sujet, mais surtout excellent dans un style, qui finalement n’est pas aisé à définir … même si le terme de heavy rock peut paraître juste. La mise en route dépote du feu de Dieu sous le rouleau compresseur qu’est “Out Of My Life”, suivie dans la foulée par “Red Journey” qui dévoile un groupe qui en impose avec force et conviction. Charge possède des arguments musicaux importants, et leur science du refrain nous emprisonne directement le cortex. La section rythmique est diabolique de groove, et les riffs qui l’accompagnent semblent agréablement familiers, sans toutefois tourner en rond.

Le combo sort légèrement de son carcan habituel en allant lorgner vers des sonorités plus actuelles et varie son jeu en diversifiant son approche du son. Ce disque qui comporte neuf pistes est parfaitement dosé, puissant, rond, et chaque instrument se taille la part du lion dans une clarté étonnante (produit, mixé et masterisé par Francis caste au Studio Sainte-Marthe, Paris). Son contenu, alliant puissance et mélodie, fait de Charge un orfèvre en la matière, et à aucun moment ils ne baissent la garde, et continuent leur démonstration au point de rallier totalement l’auditeur à leur cause. Sans plus nous étaler, “Ain’t The One” est tout simplement une belle réussite. Un album aussi intelligent qu’explosif, et gageons qu’il ait encore plus de succès que son digne prédécesseur, et que ces musiciens retrouvent rapidement la place qu’il mérite.

Décidément, le rock français sait se montrer une fois de plus à la hauteur des espérances que l’on peut placer en lui. Alors, à quand une catégorie rock/metal aux victoires de la musique, qui viendrait récompenser le travail de nos groupes nationaux ? Utopie, quand tu nous tiens !

Arno Jaffré