Détail de l'album

  • DATE DE PUBLICATION /12 avril 2019
  • LABEL /AT(h)OME
  • FORMAT /EP, CD et Digital

Notre avis

Le requiem est une messe qui a lieu juste avant un enterrement. Un titre d’album approprié donc, intelligemment utilisé par les membres d’Aqme pour nommer leur dernière production, et qui semble logique après qu’ils aient évoquer une dernière tournée d’adieu. Le 11 novembre 2018, le groupe annonçait via les réseaux sociaux, et ce dans un très long communiqué, que l’année 2019 serait synonyme de fin pour eux (alors qu’ils s’apprêtent à fêter leur vingtième anniversaire).

Ils expliquaient alors être arrivés au terme d’une aventure humaine et artistique et qu’ils avaient pris la décision de se séparer après une tournée de dix dates, jouant une ultime prestation au Trianon à Paris le 5 octobre. Il existe plusieurs manières de tirer sa révérence après vingt ans de bons et loyaux services : avec perte et fracas, en catimini ou avec classe. Le quatuor parisien a choisi la dernière option et après un tonitruant “Aqme” sorti en 2017, ils nous livrent ici un testament musical composé de neuf titres. Aqme n’aura cessé d’évoluer musicalement en deux décennies. A leurs débuts, ils s’inscrivent dans le rock alternatif (en revendiquant comme influences Nirvana ou bien Soundgarden). A partir de 2008, qui coincide avec la sortie de l’album “Hérésie”, ils amorcent un virage vers le metal alternatif.

Revigoré par l’arrivée de Vincent Peignart-Mancini en 2012, Aqme lâche les chevaux sur ce nouvel et dernier opus. Quand bien même ce disque se montre plus rock/metal que purement metal au final, les nombreux fans de la formation parisienne ne seront pas complètement perdus. Outre les pistes les plus accessibles, Aqme peut également se fâcher et se montre incisif comme au premier jour. Le premier titre “Entre les mains” représente d’ailleurs assez bien toute la variété de “Requiem”. Le talent est omniprésent, et la production d’excellente facture, comme à chaque fois. Les pistes s’écoutent d’une traite, et malgré l’annonce de leur séparation, ils ont su garder la tête haute et proposent un disque original et personnel.

Les guitares quant à elles échappent de belle manière aux clichés du metal, et se font selon les morceaux félines ou agressives. Cette dernière offrande n’est pas à écouter comme une épitaphe auditive mais bel et bien comme le cadeau d’adieu d’un combo tirant sa révérence après avoir tout donné. On ne peut que les remercier au passage pour toutes ces années et le plus bel hommage que l’on puisse leur faire, serait d’aller les voir une dernière fois (liste des dates sur leur site officiel ci-dessous).

Arno Jaffré