Détail de l'album

Prochaines dates en France

Notre avis

La perspective de la sortie d’un nouvel album d’Annihilator m’excite toujours autant, et encore plus depuis leur album éponyme (sorti en 2010), qui voyait les canadiens revenir en très grande forme. Depuis, en pleine possession de leurs moyens, ils réussissent le tour de force de ne plus décevoir et en ont profité pour aligner “Feast” (2013), “Suicide Society” (2015) et “Triple Threat” (2017).

Avec pour colonne vertébrale un thrash solide et inspiré, arrive en ce mois de novembre leur dernière livraison “For The Demented” qui risque d’en surprendre plus d’un. Le succès se joue parfois sur des détails. Annihilator peut en témoigner, lui qui est un des piliers du thrash metal, mais qui pourtant n’a jamais été reconnu à sa juste valeur. Ces musiciens originaires d’Ottawa au Canada ont toujours dû se contenter de jouer les seconds couteaux dans cette catégorie, malgré un style résolument old school dépoussiéré de très belle manière. Leur mérite, selon moi, est d’avoir pu présenter ces dernières années des albums différents les uns des autres, mais qui affichent tous la même marque de fabrique si particulière, chère à Jeff Waters (seul membre permanent depuis leur début).

Et ceux qui pensaient qu’ils allaient perdre de la puissance en prenant de la bouteille vont rapidement déchanter. Une nouvelle fois, ils nous démontrent que l’on peut être inspiré sans rien inventer et malgré le fait qu’ils ne nous proposent rien de neuf avec ce nouvel opus, il est efficace du début à la fin. Avec des compositions pour la plupart savamment dosées et articulées, et une intégrité inébranlable, le groupe se repose sur ses acquis et ses points forts pour nous balancer dix titres qui possèdent une énergie palpable et fédératrice. La charpente rythmique est comme toujours solidement installée, les riffs incendiaires et la voix reconnaissable entre mille du maitre Jeff Waters sont accrocheurs.

Globalement, ce nouveau disque est moins chargé en stéroïdes que les précédents, qui atteignaient tous régulièrement le point de rupture en terme de compression et de production. Ici, ça respire, les instruments ayant un peu plus de place et d’espace pour s’exprimer. Ce qui ne veut pas dire qu’Annihilator n’est plus une machine de guerre et un vrai mur du son, bien évidemment. Et comment résister à ces clins d’œil semblant tout droit sortis du passé et qui nous prouvent encore une fois, qu’il faut toujours se méfier des vieux briscards (Pour rappel, la formation a été fondée en 1984). Un Annihilator des grands jours tout simplement.

Arno Jaffré