A l’occasion de la sortie du premier album de Disconnected, entretien avec Adrian Martinot (Compositeur et guitariste du groupe).

Avec votre premier album, avez-vous atteint vos objectifs fixés avant l’enregistrement ? 

Oui clairement, je voulais vraiment que l’album sorte dans les meilleurs conditions possible que ce soit au niveau de la production ou de “l’extra-musical” (promotion, label, distribution) et c’est le cas ! C’est la raison pour laquelle l’album a mis si longtemps à sortir, mais la démarche était (et est toujours) de bien faire les choses, peu importe le temps que cela peut prendre.

Comment a été choisi la direction musicale du groupe ? Dès le départ, vous saviez quelle direction prendre ?

Je compose toute la musique, et Ivan est arrivé avec les lignes de chants et les paroles que nous avons finalement arrangés à deux. Je ne savais pas vraiment quelle allait être la direction, je ne me fixe aucune barrière lorsque je compose, simplement pour laisser le champ libre à mon inspiration. Certains n’arrivent pas à nous classer dans un style et c’est un des meilleurs compliments que l’on puisse nous faire. Nous voulions créer notre univers, notre son.

On appelle communément votre style du ” Metal moderne “. Etes-vous d’accord avec cette définition ?

C’est une définition globale plutôt vague finalement et c’est pour cela que nous l’utilisons. Moderne dans le son, dans la production mais aussi pour nos influences Djent ou Metalcore même si elles ne sont pas aussi présentes que cela finalement. Surtout quand tu écoutes des titres comme “Feodora”, “Losing Yourself Again” ou encore “Armageddon”. Je pense que sur certains passages, tu peux nous mettre une étiquette mais celle-ci peut s’en aller trente secondes plus tard. Briser les codes, ça fait du bien et ça change.

Quelles sont vos influences musicales, qu’elles soient assumées, cachées, ou recherchées, et quel type de musique aimez-vous écouter personnellement ?

Toutes les influences du groupe sont assumées. Personnellement, j’écoute de tout. Au delà du style une musique que j’aime est une musique qui émotionnellement parlant va me faire vibrer. Et voici les albums qui sont dans ma playlist en ce moment : Evergrey – Glorious Collision, Thrice – To Be Everywhere Is To Be Nowhere, Architects – All Our Gods have Abandoned Us,  Disperse – Foreword, Lamb of God – Sacrament,  Imagine Dragons – Evolve

Comment vous sentez-vous quelques jours avant la sortie de ce premier album ? Au vu des messages que j’ai pu lire, je crois que jusqu’à présent, vous avez reçu de très bons retours critiques…

Nous avons hâte ! Une fois l’album sorti, nous pourrons le défendre sur scène…Nous travaillons actuellement sur la démarche de nos futures dates et nous avons plusieurs pistes très intéressantes. Les retours critiques font vraiment plaisir et nous sommes vraiment agréablement surpris car nous proposons quelque chose d’assez original et nous sommes vraiment heureux que des gens adhérent et se sentent bien dans notre univers.

Y a t’il des groupes avec qui vous voudriez travailler ou tourner absolument un jour ?

Oui il y en a plein. Le rêve serait d’ouvrir pour des groupes comme Alter Bridge, Gojira ou encore Dream Theater. Qui sait, rien n’est impossible. Nous allons donner notre maximum pour aller dans ce sens. Il y a quelques années, mon rêve était de sortir le 1er album de Disconnected… Affaire à suivre donc.

Quelle est votre actualité à venir pour promouvoir ” White Colossus ” qui sort le 23 mars prochain ?

Nous jouons tout d’abord le 23 mars à la Chapelle Argence de Troyes et nous allons annoncer très rapidement notre 1ère date en tête d’affiche (dans une salle parisienne début mai).

Arno Jaffré

Membres du groupe

Adrian Martinot – Guitare
Ivan Pavlakovic – Chant
Aurélien Ouzoulias – Batterie
Romain Laure – Basse

Prochaine date en France

Disconnected (Concert – Troyes)
23 mars 2018 @ Troyes, FR
000
00
00
00