Alors que d’autres festivals souffrent d’une routine sclérosante (ou disparaissent l’un après l’autre), le Hellfest est devenu en quelques années le vaisseau amiral des rendez-vous estivaux qui dégoupillent les grenades du Metal le plus incendiaire.

Les raisons sont multiples, à commencer par une programmation audacieuse et bigarrée qui n’est pas qu’un simple échange de bons procédés entre gros tourneurs. Disposant d’une enveloppe artistique que beaucoup lui envie, le festival a fait main basse ces dernières années sur les plus grosses têtes d’affiche du genre et est arrivé très rapidement au maximum de sa jauge.

Cet évènement que nous avons pris plaisir à voir grandir au fil des ans est une mécanique bien huilée, à tel point que l’on croirait que les infrastructures sont installées à demeure, comme dans un parc d’attractions et l’innovation continue d’avancer tout en plaçant le confort des festivaliers au cœur de ses préoccupations. La programmation, le décor, les améliorations qui facilitent le quotidien de tous les intervenants, le comportement exemplaire de ceux que l’on appelle “Les métalleux”tout y est parfait. By the fans, for the fans !

Mais le Hellfest, ce n’est pas que de la musique. C’est aussi des personnes que l’on se réjouit de revoir ou de rencontrer…et cela commence pour beaucoup, et comme un rituel, le jeudi après-midi du côté du Metal Corner. L’occasion bien évidemment de prendre des nouvelles de certains, de prendre l’apéro en bonne compagnie et d’assister à de très bons concerts. Alors le Hellfest, le paradis ou l’enfer ? Pour récolter des indices objectifs, je me suis appuyé sur les meilleurs sources en la matière. C’est à dire chez les non pratiquants. Et sans hésitation, il en ressort que cette réunion est plutôt vu comme un lotissement post mortem et la place des infidèles, des personnes immorales, de celles qui pratiquent la magie noire. Selon eux, l’enfer est bien le pire endroit à visiter de son vivant. Mais le paradis est-il aussi hospitalier qu’on le pense ?

Pour moi qui suis athée, la question ne se pose même pas et je vous donne rendez-vous le 22, le 23 et le 24 juin prochain en terre sainte. Stay Heavy.

Arno JAffré

Share in